La Fondation Beyeler de Renzo Piano

A l’occasion de notre visite du Campus Vitra à Weil am Rhein en Allemagne, nous avons découvert la Fondation Beyeler. C’est un musée d’art moderne et contemporain, ouvert 365 jours par an. La Fondation est réputée être un des plus beaux musées du monde. Il est vrai que Renzo Piano a réussi une association parfaite entre la nature, l’art et l’architecture.

La Fondation est reliée au campus de Vitra par un chemin de plus de 5 kilomètres qui traverse la frontière suisse. Les promeneurs peuvent en profiter pour suivre les « 24 Stops » parcours imaginé par l’artiste Tobias Rehberger. Mais, si le temps vous manque, passez sans hésiter la frontière en voiture pour se rendre directement à la Fondation.

La Fondation bénéficie d’un environnement remarquable

La Fondation Beyeler se trouve dans la ville suisse de Riehen à la frontière de l’Allemagne. Elle est installée dans un très beau parc au bord de la rivière Wiese. Le parc, ses étangs de nénuphars et la vue sur la Forêt Noire est mis en en valeur par les nombreuses percées du bâtiment de musée.

Le Musée a été construit par Renzo Piano de manière à permettre non seulement admirer les œuvres. De surcroît, il permet d’observer les champs de blé, les vaches des champs voisins et des œuvres dispersées dans le parc. Parlant des œuvres, il s’agit tout de même de l’Arbre de Calder, des White Curves d’Ellsworth Kelly ou encore du lièvre de Thomas Schütte.

En conséquence, dans certaines salles, nous sommes irrémédiablement attirés par la vue extérieure. Aussi, il arrive même de tourner le dos aux magnifiques œuvres. Nous sommes de la sorte des victimes collatérales de la lutte symbolique entre l’architecte et les grands peintres. La salle de Monet est reflétée dans le bassin rempli de nénuphars avec une transition subtile entre l’intérieur et l’extérieur. Comment résister à une telle tentation.

Une conception architecturale subtile de Renzo Piano

Renzo Piano a proposé un bâtiment en trois parties qui se fond dans le terrain. Ce qui rend le musé agréable est le fait de pouvoir accéder aux collections sur un seul niveau et sans marches. La présence d’un bassin a nécessité d’abaisser le bâtiment entier. Sa structure fondue dans le paysage le rend très intime. Piano a utilisé pour les murs une pierre volcanique (porphyre de Patagonie) qui s’intègre merveilleusement dans le paysage.

Le musée est comme protégé de la rue par un mur. Un jardin d’hiver tout en longueur élargit le regard sur la vallée de la rivière Wiese avec la vue apaisante sur le paysage.

Ce qui est remarquable est la gestion de la lumière.

Le musée est comme inondé de lumière ce qui génère une atmosphère vive. La lumière est habillement captée du côté nord et masquée du côté est et ouest. Il en résulte une ambiance très agréable et un subtile éclairage des œuvres.

Les espaces de vie intégrés à la Fondation

A l’intérieur, le lieu abrite une très belle entrée avec boutique, un café, un restaurant et un espace de coworking.

Un nouveau projet architectural du site a pris comme point de départ également la villa historique rococo Berower, située à l’entrée du parc. Le studio d’architecte intérieur et de design espagnol Casa Munoz a conçu dans cette demeure des salles à manger, un restaurant (BEY) et ‘une salle de poêle’ pour un concept culinaire innovant du chef Helen Dienel.

La renommée de la fondation Beyeler

Ce sont des expositions de grands artistes du 19ème,20 ème,21 ème siècles qui a permis à la Fondation devenir un musée de renommée internationale. Les fondateurs et galeristes Ernst et Hildy Beyeler ont créé en 1982 la fondation avec comme but de mettre à disposition d’un large public les œuvres d’art. Elle a ouvert en 1997 en présentant les œuvres sous la forme des expositions renouvelant plusieurs fois dans l’année les affichages.

 

La richesse impressionnante de la Fondation

La collection en propre représente environ 400 œuvres. Nonobstant, elle héberge également des prêts de longue durée d’autres collections privées. Vous pourrez donc sans doute voir des œuvres issues de riches collections comme celle de Daros, Renard ou Anthax Collection Marx. Nous avons pu d’ailleurs admirer lors de notre visite les ouvres de la collection Rudolf Staechelin de retour à Bâle après plusieurs années d’itinérance entre Madrid et Washington. Il s’agissait, pour citer que quels exemples, d’Arlequin au loup de Pablo Picasso, de Verre et Pommes de Paul Cézanne, de Jardin de Daubigny de Vincent van Gogh, de Femme à sa toilette d’Edgar Degas ou de la tête de femme d’Edouard Manet.

 

Le projet d’extension de la Fondation Beyeler

Les musées actuels sont plus que les lieux d’exposition. Ce sont des espaces sociaux et d’expérience. On va au musée pour se cultiver, se distraire, se détendre ou pour échanger. Un musée attentif à ses visiteurs inclut la médiation culturelle à sa mission. Mais les espaces de collection ne sont pas toujours les plus adaptés pour ces activités. De plus, de nombreux oeuvres de la fondation ne peuvent pas être présentées de manière permanente faute de place. L’espace actuel est devenu insuffisant pour accueillir de nombreux dons et prêts.

Une extension au sein d’un parc remarquable

L’acquisition du parc Iselin-Weber avec de magnifique arbres et bassin d’eau est une occasion pour élargir la fondation. La Fondation a acquis ce magnifique parc jouxtant la fondation récemment.

Ce parc conçu au début du 19ème siècle par le même paysagiste (Jean François Caillat) présente une différence frappante avec le parc Berower, le parc actuel de la Fondation. Contrairement à ce jardin clair et très bien entretenu, le jardin paysager du domaine Iselin-Weber est de nature dionysiaque.

Ce précieux jardin historique avec ses vieux arbres (dont certains classés) sera toutefois conservé et l’extension s’adaptera aux plantations et aux tracés de chemins
historiques.

 

Le projet prévoit un agrandissement sous la direction de l’architecte suisse Peter Zumthor.

Le projet de Zumthor a comme particularité de proposer trois édifices distincts.

Un bâtiment sobre va abriter l’administration et services. Un pavillon de plain-pied transparent sera dédié aux manifestations et le dernier bâtiment sera une maison d’art.

La maison d’art, sobre et dotée de vastes baies vitrées sur le parc comportera de 1500 mètres carrés de surface d’exposition. Ce qui représente 50% de l’espace de l’actuelle fondation. Des expositions permanentes seront réparties sur trois étages.

Le pavillon à la façade entièrement vitrée pourra être ouverte les jours de beau temps. Ce sera un lieu de repos et de détente gratuit pouvant accueillir 300 personnes. Un espace idéal conçu également pour les manifestations en soirée et événements privés.

 

Le projet de Zumthor préserve l’harmonie entre art, architecture et nature.

C’est ce qui a créé justement le succès du lieu par le passé. Le projet est sobre, élégant et d’une pureté remarquable.

Un comité international des experts a voté à l’unanimité pour le projet de l’Atelier de Zumthor. Pourtant, onze cabinets d’architecture renommés du monde ont participé à l’étude de projet.

La réalisation repose que sur un financement privé. Le coût global sur 10 ans est évalué à 100 millions de CHF. Les travaux commenceront lorsque les financements seront intégralement assurés et les permis délivrés.

 

Atelier Peter Zumthor

Peter Zumthor, né à Bâle en 1943 est connu entre autres pour des bâtiments culturels comme les Thermes de Vals, le Kunsthaus de Bregenz ou encore le Kolumba Kunstmuseum de Cologne.

Son travail se caractérise par une sérénité et subtilité de formes, une approche recherchée des matériaux et une capacité d’intégration remarquable dans la nature. Par ailleurs, il a une longue expérience de bâtiments historiques. Cet esprit singulier est connu pour ses choix d’une rigueur exemplaire.

 

.

 

Liens utiles et bibliographie :

https://www.srf.ch/news/regional/basel-baselland/peter-zumthor-stellt-seinen-erweiterungsbau-vor

Share This

Partagez cet article

avec d'autres lecteurs